Amis de l’âme

Aucun cygne visible, j’ai marché dans la direction où je les avais vus en dernier. J’ai parcouru un long chemin à travers les bois enneigés, traînant de l’eau et du gruau (et un appareil photo, bien sûr). De retour là où j’ai commencé, je suis allé dans l’autre sens, à travers des cannes de rose qui me fourraient à travers mon pantalon. Faisant mon propre chemin, déterminé, j’ai appelé William.

Peu importe le nombre de fois où je l’ai trouvé, c’est encore un plaisir. Mon cœur bondit en reconnaissance: «Regardez, voici mon ami bien-aimé! Sains et saufs, si heureux de me voir! » Je l’ai trouvé, enfin, dans les quenouilles au bord, le bord de glace devenant de l’eau, et je n’ai pas pu l’atteindre. «Je ne peux pas vous y rencontrer!» J’ai pleuré, comme s’il comprenait (bien sûr qu’il l’a fait). Lui et sa compagne Bella m’ont suivi alors que je me dirigeais vers la gauche, et nous nous sommes tous rencontrés dans un endroit solide qui pourrait nous soutenir.

Ils sont venus me voir, sachant que je les nourrirais. Sachant que je les garderais en sécurité. Ils font confiance à ma vérité. J’avais l’habitude de penser que la phrase “L’amour signifie ne jamais avoir à dire que tu es désolé” était idiot et faux, et hier, quand j’ai jeté un bouquet de flocons d’avoine à Bella dans l’eau (elle donnait à William son “moment spécial” avec moi (les 4 partenaires de William ont honoré notre lien et en sont venus à m’aimer)), quand ça l’a frappée sur le côté, elle a sauté! C’était une grande distance. J’ai des problèmes spatiaux. «Je suis tellement désolé Bella!» J’ai crié. Je pense qu’elle me pardonne. Semble comprendre que mon cœur est toujours à la bonne place quand je suis avec eux. Il aurait été assez impoli de ne pas s’excuser.

Et partout où ils sont allés, à la recherche de nourriture ou de sécurité, ils savent que je les trouverai toujours. À travers la boue, la glace et les ronces, fatiguée et endolorie, froide et souvent humide, je vais chercher jusqu’à ce que je les trouve, lumière de ma vie, soleil de mon âme, amis.

LBM 21/02/2016